Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 12:35

elysium0.jpg

 

Je poursuis mes séances cinéma dans la fibre du fantastique et de la science fiction avec pour cible, cette fois, le très attendu Elysium. Pourquoi très attendu ? Parce que Neill Blomkamp, son réalisateur, est à l’origine du fabuleux District 9, parce que Matt Damon et parce que Jodie Foster. Suffisamment de raison pour me déplacer en salle obscure, non ?

 

elysium1.jpg

 

Elysium est une station spatiale en orbite autour de la Terre en 2154, une véritable ville dans l’espace. Y vivent les riches, l’élite, à l’abri des maladies et de la mort. Sur Terre les pauvres, les nantis, les malades, un bidonville démesuré. Au gré de vols clandestins les désespérés tentent de rejoindre cette utopie, Max est de ceux-là, pour une raison que je vous laisserai le soin de découvrir.

 

elysium2.jpg

 

L’esthétique d’Elysium en met plein la vue, alternant entre les buildings dévastés, comme rongés, et la pureté de la station, le réalisateur a soigné l’esthétique de son bébé jusqu’au moindre détail, glorifiant le tout d’effets spéciaux maîtrisés qui font immanquablement penser à District 9. Ajoutez à cela la présence de Sharlto Copley (héros de District 9), et les liens entre les deux films ne font que se resserrer un peu plus.

 

elysium4.jpg

 

Le réalisateur ne s’arrête pas en si bon chemin et dirige ses acteurs de belle façon, c’est certes plus efficace avec des têtes d’affiches comme Matt Damon et Jodie Foster, sans oublier la très jolie Alice Braga, même si on en vient fatalement à regretter une véritable confrontation entre Matt et Jodie. Mais on ne s’ennuie pas, happé par une première moitié vraiment bonne, toute la partie sur Terre en fait, qui mène à une seconde moitié moins inspirée.

 

elysium5.jpg

 

Viennent donc les points négatifs, les multiples incohérences dans le scénario, les ellipses narratives trop nombreuses, le cadrage à l’épaule des scènes d’action qui rend le tout parfaitement illisible, et la précipitation vers un final assez convenu, moins surprenant que District 9. Alors oui je n’ai de cesse de comparer les deux films, mais la réussite du premier ne pouvait entraîner que la révélation du talent de Blomkamp ou l’inverse.

 

elysium3

 

Sans être mauvais, Elysium ne transforme pas l’essai pour son réalisateur qui ne fait que s’appuyer sur ses têtes d’affiches et ses effets spéciaux en délaissant un peu le scénario trop facile, sa morale trop répétée dans ce genre de films enfonce un peu plus le clou. Espérons donc que Blomkamp se reprenne pour imposer sa science fiction dans notre génération.

 

 

14/20

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Arbre Monde
  • L'Arbre Monde
  • : L'Arbre Monde vous invite dans une multitude d'univers, autant de ramifications, et vous invite à lire, voir, écouter et jouer.
  • Contact

edito.gif

Bonjour à toutes et à tous,

 

toujours en quête d'évolution l'Arbremonde a décidé de devenir bilingue, du moins partiellement. En effet, avec l'aide d'Emily Kirby certains articles seront traduits en anglais, vous les reconnaîtrez au double titre (français et anglais), la version anglaise se trouvant toujours sous la version française. Les articles traduits sont choisis par Emily, qui a décidé de commencer par le Guide de survie en territoire zombie.

Suivez la page facebook de l'Arbremonde pour être tenu au courant des nouvelles traductions.

Et un grand merci à Emily!

Recherche

facebook twitter