Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 12:15

Ip-Man0.jpg  IP MAN

 

Lorsque j’ai vu Ip Man de Wilson Yip, j’étais emballé pour faire une critique dessus et, ma foi, lui donner une excellente note, à l’image de ce qui s’est passé pour le très très bon Swordsmen. Puis j’ai entendu parler d’une adaptation par Wong Kar-Wai nommée The Grandmaster. Alors j’ai attendu de pouvoir voir et comparer les deux œuvres pour en parler.

 

grandmaster0.jpg THE GRANDMASTER

 

Ip Man est, pour mémoire, le plus grand maître de Wing Chun qui ait existé, et fut notamment connu pour être le mentor de Bruce Lee. Cependant cette partie de son histoire n’a que peut d’importance dans un film comme dans l’autre puisque l’univers traité ici est celui de l’occupation de la Chine par le Japon entre 1937 et 1945. Les deux films relatent alors la vie de ce maître respecté de tous, mais qui pourtant va tomber bien bas avant de pouvoir se relever et combattre l’occupant.

 

Ip-man1.jpg IP MAN

 

Histoire, culture et Kung-fu font bon ménage et livrent une aventure prenante et une plongée dans une Chine en pleine révolution. Cependant les deux films s’arrêtent à ces détails et la vision des deux réalisateurs dans le traitement de l’image est complétement différent. Autant le dire : Wong Kar-Wai, à trop vouloir en faire, ne fait plus rien de bon dans son Grandmaster, l’histoire se perd sur la longueur, traîne son spectateur de scène en scène, lui inflige des ralentis à foison sans aucune nécessité et, pire que tout, tente de sublimer les combats en n’en montrant quasiment plus rien, quand ce que l’on voit ne frise pas le ridicule. L’image est belle, léchée, superbe. Le film est lent, navrant, chiant.

 

grandmaster1.jpg THE GRANDMASTER

 

Ce qui différencie Ip Man est dans l’amour de son réalisateur et dans la prestation sans faille de son acteur Donnie Yen, beaucoup plus crédible que Tony Leung Chiu Wai dans le rôle de grand maître. Il ressort en effet du personnage (et de l’acteur) un calme et un charisme beaucoup plus forts et intenses. D’autre part Ip Man dresse un portrait de la Chine tellement plus proche des gens, du peuple, presque « à l’ancienne », un peu à l’image de ce qu’on voyait déjà dans Swordsmen. Un régal. Pour ce qui est des combats il n’y a pas lieu de comparer, encore une fois Donnie Yen est incroyablement plus convaincant.

 

Ip-Man2.jpg IP MAN

 

Amateurs de kung-fu, amateurs de cinéma, amateurs de belles histoires, Ip Man est fait pour vous et ne se cantonne pas à du combat pur et dur, ici le discours n’est pas niais et la réalisation ne palie pas face à la concurrence américaine. Pour The Grandmaster, la vision de Wong Kar-Wai détruit complétement le sujet et arrive même à lui ôter le peu de poésie qu’il essayait de lui insuffler.

 

grandmaster2.jpg TEH GRANDMASTER

 

Au combat des deux acteurs, des deux réalisateurs et des deux films, le jugement est sans pitié : Ip Man sort grand vainqueur, tout comme sa suite Ip Man 2 à voir également !

 

 

 

IP MAN : 17/20

THE GRANDMASTER : 12/20

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Arbre Monde
  • L'Arbre Monde
  • : L'Arbre Monde vous invite dans une multitude d'univers, autant de ramifications, et vous invite à lire, voir, écouter et jouer.
  • Contact

edito.gif

Bonjour à toutes et à tous,

 

toujours en quête d'évolution l'Arbremonde a décidé de devenir bilingue, du moins partiellement. En effet, avec l'aide d'Emily Kirby certains articles seront traduits en anglais, vous les reconnaîtrez au double titre (français et anglais), la version anglaise se trouvant toujours sous la version française. Les articles traduits sont choisis par Emily, qui a décidé de commencer par le Guide de survie en territoire zombie.

Suivez la page facebook de l'Arbremonde pour être tenu au courant des nouvelles traductions.

Et un grand merci à Emily!

Recherche

facebook twitter