Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 14:24

wu-xia0.jpg

 

La frustration est grande de devoir vous parler de Swordsmen (Wu Xia en version originale) en tant que direct-to-dvd alors qu’un tel projet devrait avoir sa place sur les grands écrans de nos salles de cinéma. Heureusement que le plaisir vient compenser tout ça pour me permettre de vous donner humblement mon avis sur cette pépite du cinéma chinois.

 

wu-xia1.JPG

 

Comment ne pas m’enthousiasmer devant ce film inattendu qui se joue d’une excellente maîtrise de la part de son réalisateur Peter Chan ? La beauté des décors naturels, les conditions de vie superbement mise en scène de la campagne chinoise de l’année 1917, l’occidentalisation naissante avec l’inspecteur Xu Bai-jiu si proche d’un Sherlock Holmes, l’alternance de moment de calme avec les combats épiques, au nombre de trois, qui viennent magistralement transformer l’essai en œuvre complète, rien ne manque. Le culte des arts martiaux, la maîtrise du corps et de l’esprit, la connaissance des énergies qui forment nos êtres, la philosophie même des combats et des combattants font de Swordsmen l’un des meilleurs films de genre toutes générations confondues.

 

wu-xia2.jpg

 

Si l’histoire en elle-même n’est pas originale puisque largement inspirée de History of Violence, son traitement en trois actes l’est beaucoup plus. Le premier acte pour le premier combat où le discret papetier Liu Jin-xi défend une quincaillerie en tuant deux redoutables criminels lors d’un combat qui apparaît aux yeux du spectateur complétement brouillon, et dont l’issue semble plus résulter de la chance que de la technique. Mais lorsque l’inspecteur Xu s’en mêle il s’aperçoit rapidement que Liu Jin-xi n’est pas celui qu’il prétend être mais plutôt un maître en arts martiaux, le tout donnant droit à une décortication du combat digne des Experts véritablement passionnante.

 

wu-xia3.jpg

 

Le second acte s’articule autour de l’identité du héros et de la seconde enquête de l’inspecteur, on y assiste au quotidien du village avec de magnifiques plans sur les paysages alentours, un jeu d’acteurs beaucoup moins exagéré que dans le cinéma japonais. L’ensemble des plans vibre de sérénité, de calme, invite à voyager dans ces contrées. Le tout se terminant par le deuxième combat, transition avec le troisième acte.

 

wu-xia4.jpg

 

Le plus court, le plus rythmé puisque confrontant le héros à son plus grand ennemi et l’obligeant à faire ses choix les plus importants. Une nouvelle fois la pellicule ne laisse rien au hasard, chaque plan, chaque dialogue est savamment distillé jusqu’à une conclusion certes un peu risible mais parfaitement ancrée dans l’histoire, faisant la part belle aux magnifiques chorégraphies.

 

wu-xia5.jpg

 

Vous l’aurez deviné, Swordsmen est une œuvre à savourer, un film aux hommages multiples à travers les cultures et les civilisations, de History of Violence à la trilogie du Sabreur manchot, au rythme découpé entre contemplation et combats de sabres et s’ancrant dans une époque offrant des visuels splendides sur le quotidien des paysans chinois en 1917, il attire par là le regard d’une grande variété de spectateurs, jusqu’aux plus réfractaires aux films de combats.

 

 

18/20

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Arbre Monde
  • L'Arbre Monde
  • : L'Arbre Monde vous invite dans une multitude d'univers, autant de ramifications, et vous invite à lire, voir, écouter et jouer.
  • Contact

edito.gif

Bonjour à toutes et à tous,

 

toujours en quête d'évolution l'Arbremonde a décidé de devenir bilingue, du moins partiellement. En effet, avec l'aide d'Emily Kirby certains articles seront traduits en anglais, vous les reconnaîtrez au double titre (français et anglais), la version anglaise se trouvant toujours sous la version française. Les articles traduits sont choisis par Emily, qui a décidé de commencer par le Guide de survie en territoire zombie.

Suivez la page facebook de l'Arbremonde pour être tenu au courant des nouvelles traductions.

Et un grand merci à Emily!

Recherche

facebook twitter