Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 13:48

brothers0.jpeg

 

L’été est toujours l’occasion pour Microsoft de nous sortir son Summer of Arcade, en même temps vu le titre, cela semble un peu logique de ne pas le faire en hiver. Bref, c’est l’occasion de dévoiler les jeux les plus attendus du XBOX Live Arcade, souvent de véritables merveilles de beauté (Limbo), d’ingéniosité (Braid) ou d’addiction (Trials HD). Cette année ne déroge pas à la règle et sur quatre titres annoncés, deux étaient particulièrement attendus : Flashback, remake du célèbre jeu de 1992, et Brothers. Je reviendrai sur Flashback bientôt mais pour le moment place à Brothers.

 

brothers1.jpg

 

N’est pas inconnu le studio à l’origine de ce jeu dont le titre complet est Brothers, a tale of two sons, puisqu’il s’agit de Starbreeze, déjà à l’origine des très bons jeux Riddick (Escape From Butcher Bay  et Assault on Dark Athena). Pas trop d’inquiétude donc de ce côté là, d’autant plus que ce studio s’est affilié au réalisateur Jacob Farés (Cops) pour l’écriture. Petite frayeur puisque l’homme en question est plus à l’aise dans la comédie que dans le programme promis par Brothers.

 

brothers2.jpg

 

Dans ce jeu vous incarnez deux personnages simultanément, mais pas en coop. Exit la seconde manette, exit même le second joueur, ceci est un jeu de coopération mais en solo, vous suivez ? Le principe est simple sur le papier : vous jouez simultanément les deux frères de l’histoire, le grand et le petit, en les maniant chacun avec un stick analogique et une gâchette. Un peu plus délicat à rendre à l’écran la magie opère malgré le nombre ahurissant de murs que se prennent les frangins dans la tronche.

 

brothers3.jpg

 

Le petit ne sait pas nager, il a vu sa mère se noyer sous ses yeux, le grand est plus débrouillard, et les deux doivent se mettre en quête d’un ingrédient spécial pour soigner leur père gravement malade. S’enchaînent donc des chapitres basés sur des énigmes assez simples à exploiter, ne bloquant jamais les joueurs, ainsi que quelques boss point trop dangereux non plus. De ce côté-là on devine que Starbreeze à voulu immerger son joueur dans l’histoire sans lui causer trop de frustrations inutiles devant des objectifs impossibles. On parcoure donc ce monde magnifique avec des tableaux grandioses (celui de la bataille des géants est particulièrement réussi), interagissant avec quelques PNJ dans l’espoir de débloquer des succès qui, pour une fois, sont intelligents et non liés à la progression.

 

brothers4.jpg

 

Les personnages parlent une langue imaginaire proche de celle des Sims, rendant le titre universel et ne nuisant en rien à sa compréhension. Pour seul reproche je pointerais du doigt la faible durée de vie (environ 3 heures) pour un jeu qui ne se rejoue que pour débloquer les succès manqués (il y en aura, croyez moi). Mais après tout 3heures n’est-ce pas là la durée d’un bon film ?

 

brothers5.jpg

 

Brothers, a tale of two sons est donc la pépite du XBOX Live arcade de ce Summer of arcade, sans toutefois rejoindre Limbo et compagnie, le jeu de Starbreeze se hisse sans problème parmi les plus belles réussites sur cette plateforme.

 

 

17/20

 

Version Anglaise:

 

brothers0

 

Summer has always been the occasion for Microsoft to bring out its Summer of Arcade…funnily enough, it didn’t seem right to do it in winter. In short, it’s the chance to unveil the most anticipated Xbox Live Arcade games, often works of remarkable beauty (Limbo), ingenuity (Braid), or addictiveness (Trials HD). This year does nothing to stray from the path, and from four titles announced two were very much eagerly awaited: Flashback, remake of the famous 1992 game, and Brothers. I will return to Flashback soon, but for the moment, let’s take a look at Brothers.

 

brothers1

 

The studio behind this game, whose full title is Brothers, a tale of two sons, is not unfamiliar; it is Starbreeze, already known for the very good Riddick games (Escape from Butcher Bay and Assault on Dark Athena). Not too much to worry about there, then, especially as they have joined forces with the director Jacob Farés (Cops) for the script/writing. There have been a few nerves, however, as the man in question is more comfortable with comedy than what has been promised by Brothers.

 

brothers2 


In this game you play as two characters simultaneously, but not in the sense of a traditional co-op; no second controller is used, no second player even, this is a game of solo cooperation… Do you follow me? On paper, the principle is simple: you simultaneously play as the two brothers from the story, the older and the younger, controlling each one with one of the analogue sticks and a trigger. A little bit more difficult to master in reality, the system does work, despite the ridiculous number of walls that both of the brothers will walk in to.

 

brothers3 

 

The younger brother can’t swim – he saw his mother drown right in front of his eyes.  The older brother is more resourceful, and the two must go on a quest to find a special ingredient to heal their father, who is gravely ill. The chapters thus follow one another based around fairly simple puzzles, which never leave the player stuck, as well as a few bosses that are not too challenging either. From this we can guess that Starbreeze wanted to immerse the player in the story without causing him too much useless frustration faced with impossible objectives. We travel though this remarkable world with grand set-pieces (the one with the battle between the giants is particularly well-done), interacting with a few NPCs in the hope of unlocking some achievements which, for once, are intelligent and not linked to your character’s progression.

 

brothers4

 

 The characters speak an imaginary language that is close to that of the Sims, making the title universally enjoyable, without ruining its meaning for anyone. The only criticism that I have is the duration of the story, a mere 3 hours (or thereabouts) for a game whose only replayability is to unlock the missed achievements (and there will be some, believe me). But after all, I suppose that three hours is the length of a decent film, isn’t it?

 

brothers5

 

Brothers, a tale of two sons, is thus the pint-sized gem of Xbox Live Arcade’s Summer of arcade; without joining the ranks of Limbo and co, this game by Starbreeze still manages to stand alongside the best successes of this platform.

 

17/20

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Arbre Monde
  • L'Arbre Monde
  • : L'Arbre Monde vous invite dans une multitude d'univers, autant de ramifications, et vous invite à lire, voir, écouter et jouer.
  • Contact

edito.gif

Bonjour à toutes et à tous,

 

toujours en quête d'évolution l'Arbremonde a décidé de devenir bilingue, du moins partiellement. En effet, avec l'aide d'Emily Kirby certains articles seront traduits en anglais, vous les reconnaîtrez au double titre (français et anglais), la version anglaise se trouvant toujours sous la version française. Les articles traduits sont choisis par Emily, qui a décidé de commencer par le Guide de survie en territoire zombie.

Suivez la page facebook de l'Arbremonde pour être tenu au courant des nouvelles traductions.

Et un grand merci à Emily!

Recherche

facebook twitter