Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:18

la-fin0.jpg

 

La catégorie « Prix du Jury » du festival de Gérardmer peine ces derniers temps à promouvoir de réels grands films, avec le sympathique La Maison des Ombres l’année dernière, il faut remonter à Moon (2010) et l’Echine du diable (2002) pour trouver les meilleurs crus. Pour la troisième fois consécutive le jury nous gratifie d’un ex-aequo, ce qui est rarement un bon signe et prouve la difficulté à départager les lauréats. Cette année c’est The End de Jorge Torregrossa qui remporte le prix (à côté d’un ovni : Berberian Sound Studio de Peter Strickland).

 

la-fin1.jpg

 

Nouveau né du cinéma fantastique espagnol, capable de sortir de véritables chefs d’œuvres et grand vivier de talentueux réalisateurs, The End est le fruit d’un réalisateur inconnu dans l’hexagone. Film à petit budget narrant la réunion d’une vieille bande de potes d’université qui se sont perdus de vue 20 ans auparavant (et plutôt en mauvais termes), l’histoire prend pied dans de somptueux paysages rocheux, dans une grande propriété isolée de la population, où la détente et la joie des retrouvailles vont rapidement céder le pas aux tensions qui animent le groupe depuis toujours, plongeant tout le monde dans un véritable malaise.

 

la-fin2.jpg

 

D’autant plus qu’à minuit vingt, alors que les protagonistes sont autour d’un feu de camps, une lueur étrange éclaire le ciel, aussitôt suivie d’une coupure de courant. Plus étrange encore : montres, batteries de voitures et appareils à piles semblent s’être complètement déchargés également. Sans compter la rapide disparition d’un des membres du groupe, événement qui se répétera à mesure que le film avancera.

 

la-fin3.jpg

 

Intimiste, filmé au plus proche des personnages, The End débute avec un bon feeling, installe tranquillement ses bases pour ensuite promener le spectateur dans cette fuite en avant, droit vers l’inconnu, pour tenter de trouver une réponse aux étranges disparitions qui touchent tous les êtres humains. Mais derrière un démarrage et une atmosphère qui pouvaient justifier un bon film, le réalisateur se perd dans une leçon sur l’amitié et l’amour, non que les thèmes ne me touchent pas, mais c’est traité ici avec une niaiserie et une maladresse frustrantes. The End, à l’instar de beaucoup de films aujourd’hui, offre une fin libre à l’interprétation, mais tellement évasive qu’il n’y a au final pas grand chose à en tirer.

 

la-fin4.jpg

 

Encore une fois le jury de Gérardmer n’avait, semble-t-il, pas grand chose à se mettre sous la dent, Mamá ayant raflé à juste titre le grand prix. The End est passable malgré ses splendides paysages et c’est d’autant plus regrettable qu’il appartient à cette splendide « vague espagnole » du film de genre.

 

 

11/20

Partager cet article

Repost 0

commentaires

windows 8 help now 25/09/2014 14:19

I never heard about this movie. I use to watch Holly wood movies. I would like to watch French too. Actually, i did not planned of this yet but this one is very nice. I hope i will watch this soon.

Présentation

  • : L'Arbre Monde
  • L'Arbre Monde
  • : L'Arbre Monde vous invite dans une multitude d'univers, autant de ramifications, et vous invite à lire, voir, écouter et jouer.
  • Contact

edito.gif

Bonjour à toutes et à tous,

 

toujours en quête d'évolution l'Arbremonde a décidé de devenir bilingue, du moins partiellement. En effet, avec l'aide d'Emily Kirby certains articles seront traduits en anglais, vous les reconnaîtrez au double titre (français et anglais), la version anglaise se trouvant toujours sous la version française. Les articles traduits sont choisis par Emily, qui a décidé de commencer par le Guide de survie en territoire zombie.

Suivez la page facebook de l'Arbremonde pour être tenu au courant des nouvelles traductions.

Et un grand merci à Emily!

Recherche

facebook twitter